Les 10 commandements du GECNaL pour transformer votre jardin en réserve naturelle

Dimanche 25 mars 2007, par Gestionnaire du site // Conseils

Votre jardin est triste et sans vie ??
Seul un vieux merle dépressif vient y pousser la rengaine sur un thuya monochrome ?
Il est temps de réagir !!
- Convertissez-vous au jardin naturel en respectant les 10 commandements suivants

Rédaction et photos Alain Seitz

1- Une partie de ta pelouse tu laisseras fleurir

Les insectes adorent, les oiseaux aussi, en plus ça vous économise la corvée de tonte.
Deux coupes par an suffisent pour entretenir une prairie.
Pour la friche c’est encore plus simple on intervient tous les 3 ans pour contenir les ligneux.


Bourdon et abeille sur chardon des friches

2- Un coin compost tu aménageras

Le coin compost est un trésor pour les insectes les oiseaux, les reptiles…
Il fourmille de vie.
Il facilite aussi la gestion des déchets par la collectivité…
A méditer.


Coin compost habillé d’un treillis en branchages

3- Une mare tu creuseras

Grenouilles crapauds et tritons y trouveront un lieu de reproduction protégé (à condition de ne jamais y introduire de poissons !), le pic vert viendra s’y abreuver et la mésange s’y baigner.
Un petit bassin en plastique fera l’affaire, il est installé en une après midi.


Mare de jardin aménagée avec une coque en fibre de verre

4- Des arbres indigènes en priorité tu planteras

Noyer, pommier, saule, bouleau charme, chêne, etc… sont particulièrement attrayants pour toute la chaîne alimentaire alors que la plupart des arbres exotiques ont un intérêt très limité pour la biodiversité.
A retenir pour les petits jardins : certains arbres (bouleau, saule…) se prêtent bien à la taille en têtard


Saule blanc taillé en têtard

5- Des gîtes pour les mammifères tu installeras

Priorité aux chauves souris leur déclin est alarmant !!
Vous pouvez les laisser accéder à vos combles perdues en leur aménageant une ouverture dans le pignon (40 cm de large pour 7 cm de haut) ou leur fixer des gîtes spécifiques.
Le hérisson, la belette, … apprécient aussi qu’on leur aménage des refuges dans un muret en pierre ou sous un vieux tas de bois


Gîte à chiroptères arboricoles en béton de bois

6- Des nichoirs pour les oiseaux tu suspendras

Les boites à mésanges sont les plus connues mais pensez aussi aux nichoirs à rouge queue, à martinets, à faucon crécerelle, à hirondelles, à chouette effraie, à troglodyte, à moineau etc… car les cavités naturelles sont de plus en plus rares !!!


Nichoir à hirondelle rustique squatté par un troglodyte

7- Ton jardin en refuge LPO tu transformeras

Pour adhérer au réseau « Refuges LPO » suivez le lien
Vous y trouverez des conseils précieux. et surtout n’utilisez plus de produits chimiques !!!

8- Une haie champêtre tu planteras

Sureau, noisetier, églantier, néflier, viorne, aubépine, clématite, lierre, etc… offrent leurs fleurs aux insectes et leurs fruits aux passereaux.
Replantons dans nos jardins les haies vives que l’agriculture productiviste a fait disparaître de nos campagnes.


Moro sphinx butinant une fleur de Buddleia (un des rares arbustes exotique intéressant pour la biodiversité)

9- Ton potager tu cultiveras

Ne cautionnez pas les dérives de l’agriculture industrielle, semez vous-mêmes vos fruits et légumes en privilégiant les variétés anciennes.


Le potager bio produit des fruits et légumes aux saveurs incomparables (pour nous et aussi un peu pour les oiseaux)

10- Un brouteur tu adopteras

Chiens et chats n’ont aucun intérêt pour la biodiversité alors que chèvres, moutons, poneys, etc… entretiennent à peu de frais le paysage , favorisent la biodiversité et enchantent les enfants.
Si la place vous manque pensez aux oies, aux poules naines…


Le bonheur est dans la pâture